armer-l'ukraine-ou-eviter-l'effondrement-–-g-daniel-caron-dans-le-devoir
bandeau UL
Hautes études internationales

Jeudi 4 janvier 2018

Armer l'Ukraine ou éviter l'effondrement? – G. Daniel Caron dans Le Devoir

Notre collègue G. Daniel Caron, diplomate en résidence, a publié un article dans le journal Le Devoir du 29 décembre dernier.

Le texte rappelle que le Canada donnait à la mi-décembre le feu vert à l'exportation d'armes automatiques vers l'Ukraine. Ainsi, les entreprises et les particuliers canadiens peuvent dorénavant demander un permis d’exportation en Ukraine d’armes automatiques « ainsi que certains dispositifs prohibés ». De son côté, les États-Unis annonçaient le 21 décembre la décision de livrer des armes létales à l'Ukraine. Or les pays européens directement concernés par le conflit demeurent sceptiques et ne croient pas qu’ajouter des armes dans la région puisse aider à régler le conflit. Ils proposent plutôt une réponse économique. L’Ukraine est un pays surendetté dont l’économie exsangue laisse croire qu’on se dirige vers la faillite.

Monsieur Caron y souligne que le sommet du G7 de La Malbaie est une occasion pour le Canada de travailler avec les leaders occidentaux dans ce dossier, en particulier avec l'Union Européenne, l’Allemagne et la France dont les diplomates sont derrière les véritables efforts de paix.

Cliquez ici pour lire l’article

 

G. Daniel Caron a été ambassadeur en Ukraine (2008-2011). Avant son poste à Kiev, il était ministre-conseiller et chef de mission adjoint à l’Ambassade du Canada au Mexique (2005-2008). Il a aussi été conseiller (environnement et pêches) à la Mission du Canada auprès de l’Union Européenne à Bruxelles (1996-2000) ainsi que consul et délégué commercial au Consulat général de Boston (1989-1992). Au sein du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement à Ottawa, G. Daniel Caron a occupé au cours des années les postes de délégué commercial à la Division du Japon, directeur-adjoint pour l’Europe du Nord, directeur de la Division du Japon et directeur-général du Bureau de la transformation. Après la décision frontalière de 1992 concernant les îles Saint-Pierre et Miquelon, Il a participé aux négociations Canada-France au sujet des arrangements futurs dans la zone transfrontalière. Il est diplômé de l’Université Laval en sciences économiques (1981).

 

 

En savoir plus sur nos experts en résidence

 

 

Conception et réalisation : Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP). Tous droits réservés. © 2016 Université Laval
Panneau d'administration